Associer la jeunesse à construction des villes du XXIeme siècle

Vous êtes ici

Le projet « jeunes bâtisseurs de la ville méditerranéenne du futur » porté par l'AVITEM doit permettre d'associer la jeunesse aux phases de concertation et de prises de décision, mais aussi de former les constructeurs de demain pour qu'ils imaginent des villes intelligentes, durables et inclusives.

De janvier 2019 à fin 2021, le projet temporaire « Coco Velten », va mixer sur 4 000 m² économie, culture et action sociale. Illustration Euroméditerranée.

 

« La jeunesse constitue un enjeu majeur pour la Méditerranée » explique le directeur des partenariats de l'AVITEM (Agence des villes et territoires méditerranéens durables), Pierre Massis. « En 2016, plus de 23% de la population méditerranéenne aura moins de quinze ans. 67% vivra en zone urbaine. Nous devons associer la jeunesse à construction des villes de demain ».
 
Avec son dispositif « jeunes bâtisseurs de la ville méditerranéenne du futur », l'AVITEM se mobilise pour agir à deux niveaux. Impliquer la jeunesse, l'associer dans les phases de concertation et de prises de décision. Former les professionnels, les constructeurs de demain pour qu'ils imaginent des villes intelligentes, durables et inclusives. « Notre programme vise à favoriser l'insertion des jeunes dans l'espace urbain. Nous nous adressons à la fois à ceux qui l’utilisent au quotidien et à ceux qui le créent » poursuit Pierre Massis.



Dans le cadre de la Manifestation Méditerranée du Futur, organisée à Marseille par la Région SUD Provence-Alpes-Côte d'Azur le 13 novembre 2018 sur le thème de la jeunesse et de l’innovation, l'Avitem permet à des jeunes des deux rives de la Méditerranée de prendre la parole pour expliquer aux décideurs quelle ville ils souhaitent voir construire. A l’occasion de l'atelier « les jeunes bâtisseurs de la méditerranée » qu’elle organise, l'agence met en avant des initiatives intéressantes. À Ghardaia, en Algérie, une expérience d'innovation financière et sociale au bénéfice des jeunes d’une éco-cité en lisière du Sahara. À Marseille, sur le périmètre d'Euroméditerranée, la mise en place d'un urbanisme transitoire qui replace les jeunes au cœur du projet urbain. Toujours, à Marseille, le Laboratoire d’Intelligence Collective et Artificielle (Lica) développe une « technologie blockchain » qui facilite la participation et l'intégration des citoyens à la vie de leur cité, rend transparentes les différentes étapes de réalisation d'un projet urbain, de la concertation à la réalisation. Les étudiants de l’École Nationale d'Architecture de Tétouan (Maroc) et ceux de l'Institut d'Urbanisme et d'Aménagement Régional d'Aix-Marseille participent à l’élaboration collective des grands projets d’aménagement urbain.

 

Une nouvelle gouvernance

L'AVITEM travaille également sur le « projet Graphite » mis en place par le LPED (laboratoire population environnement développement) en 2015. Graphite a déjà formé 600 élèves de la région Sud à l'utilisation d'outils numériques (cartographie...) destinés à leur permettre d'observer, d'analyser leurs territoires, de réaliser des diagnostics et de proposer des projets (mobilité, transformation de lieux...) aux collectivités territoriales. « Nous allons étendre cette démarche à des étudiants » précise Pierre Massis. « Avec comme objectif d'associer les jeunes à la gouvernance ».

Le 12 novembre, l'Avitem organisera un atelier inter-universitaire réunissant des futurs professionnels (urbanistes, architectes, paysagistes...) de l’Université de Tanger-Tétouan et  des Écoles nationales supérieures d’urbanisme et d’architecture ainsi que l’IUAR de Marseille. Professeurs et étudiants travailleront sur l'intégration des ports dans les villes côtières ainsi que sur les territoires urbains littoraux. Un second projet prévoit en 2019 des rapprochements entre les universités de Nice et de Tunis. En perspective de cette coopération autour des jeunes bâtisseurs : le Sommet des deux rives, organisé par la France à Marseille en Juin 2019, ou la jeunesse sera une nouvelle fois  distinguée.

 

Gérard Tur - Econostrum