L’AVITEM à Innovative City à Nice

Vous êtes ici

Le 27 et le 28 juin 2018, s’est tenue la 7eme édition du Salon Innovative City à Nice.

 

L’AVITEM a apporté sa contribution à ce pôle international d’expertise et de rayonnement de la ville innovante (intelligente et durable) que constitue ce rendez-vous, manifestation de grande ampleur qui a rassemblé de nombreux représentants d’entreprises et start-up, françaises et internationales, et qui est considérée comme le rendez-vous incontournable de la « smart city » en France.

Forte des enseignements retirés du projet européen InterregMed, le projet MADRE, qu’elle a conduit avec ses partenaires grecs, italiens, espagnols, albanais sur le développement de l’agriculture urbaine, l’AVITEM a organisé une table ronde sur l’agriculture urbaine au service de la ville intelligente qui a fait salle comble et rencontré un vif succès.

 

Guillaume MOREL-CHEVILLET, ingénieur paysagiste à l’institut Astredhor, Corinne VALLS, maire de Romainville, Jessica SBARAGLIA, directrice de Terre de Monaco et Yann ROZIER, directeur de Nice EcoFarm, se sont faits, les porte-paroles de pratiques agricoles émergentes en milieu urbain. Invité à contextualiser ce mouvement traduisant une réappropriation de l’espace public citadin, cette nouvelle forme d’agriculture, pour Guillaume MOREL-CHEVILLET, auteur de l’ouvrage Agriculteurs urbains, interroge les liens fonctionnels de la ville et le partage des ressources (foncier, main d’œuvre, eau). Avec ses 1400 m2 d’exploitation agricole maraîchère, principalement situés sur les toits des immeubles de la principauté monégasque, l’activité de Jessica SBARAGLIA, illustre cette redéfinition des dynamiques de partage du foncier.

 

Levier de développement économique et social des villes, l’intégration d’activités agricoles crée les conditions à une véritable économie circulaire préservant l’environnement. Au croisement de la pratique agricole et de l’innovation technologique, la Tour Maraîchère de Romainville, de 3000m2 de surface, énergiquement performante et économiquement viable, ambitionne de reconnecter les habitants avec une production locale.  Ce projet, présenté par Corinne VALLS, vise non seulement à renforcer les liens sociaux et à créer des emplois pérennes, mais également, à sensibiliser au développement durable.

 

Face au défi de l’urgence de la situation environnementale et climatique en Méditerranée, c’est un projet pilote novateur de ferme péri-urbaine que Yann ROZIER a présenté. Porté par la nécessité de décentraliser la production énergétique et alimentaire pour une mise en synergie territoriale des ressources du Nexus eau-énergie-alimentation, cet innovateur niçois propose un système en micro-grid de production agricole et de circulation des ressources.

 

Chacun aura pu prendre la mesure de cette façon innovante de concevoir et développer une dimension innovante de l’agriculture du 21e siècle qui, sur tous les plans, économique, social, technologique, environnemental notamment, entre en résonnance avec les évolutions, voire les mutations, qui président aujourd’hui à la construction des territoires urbains. La mise en œuvre du projet MADRE avait mis en relief la diversité des acteurs et des formes d’agriculture urbaine. Le débat qui s’est déroulé à Nice sur cette question aura permis de mesurer combien cette nouvelle façon de concevoir la ville de demain et l’agriculture du 21e siècle fait l’objet d’une dynamique qui s’installe et prend racine dans nos paysages urbains, mais aussi dans notre culture de la ville. On ne peut que s’en réjouir.

Mathilde Fraisse