Animé par l'AVITEM, un groupe d’experts produit des avancées collectives sur les métropoles méditerranéennes

Vous êtes ici

Depuis trois ans, l’AVITEM s'affirme comme un acteur international de la réflexion et de l’expertise des questions urbaines et territoriales dans les contextes métropolitains en Méditerranée. Ainsi chaque année, un atelier, organisé par l’AVITEM en partenariat avec la GIZ et l’AFD, est proposé aux cadres publics et privés du pourtour méditerranéen afin de partager une vision des enjeux métropolitains ainsi que les bonnes références d’actions. Casablanca, Barcelone, le grand Tunis, Aix-Marseille-Provence, Fès et d’autres ont ainsi été étudiées sur le terrain ! Forte de cette expérience l’AVITEM a tenu à confronter ses analyses avec d’autres experts internationaux pour faire évoluer les perspectives de développement de ces métropoles et participer ainsi du débat sur la ville méditerranéenne du Futur.

 

Début mars, à Marseille, une séquence de travail a réuni autour de l’équipe AVITEM, Antoine Loubière, Rédacteur en chef de la revue Urbanisme, Carles Llop, Architecte-Urbaniste- grand prix européen de l’urbanisme, Daniel Behar, Géographe, Directeur de la coopérative Acadie, professeur à l’institut d’urbanisme de Paris, Amine Benaissa, Architecte-Urbaniste consultant, professeur à la Sorbonne, Gilles Berhault, Fondation des Transitions  et Directeur Général de la Maison Méditerranéenne du Climat, Adèle Dauxais, anciennement Chargée de Projet au Pôle Formation, AVITEM et Simon Goutner, Chef de projets pédagogiques, AFD.

 

Ce groupe de travail a l’ambition de participer modestement à un débat et un échange fécond entre les acteurs du pourtour méditerranéen, nous diffuserons donc le résultat de nos travaux. Le groupe partage quelques axes fondateurs :

  • La nécessité d’espaces de réflexion non protocolaires mais dans lesquels sont discutées les mutations et les innovations de l’espace urbain, notamment la diffusion de la ville à l’échelle métropolitaine.
  • La volonté d’approfondir les cas d’étude : ils ne sont pas vus comme des « best practices » mais plutôt comme des moteurs de réflexion et d’inspiration. Les cas d’étude participent ainsi à la formation d’un « laboratoire conjoint » (tiers associé pour la résorption de l’habitat précaire au Maroc qui crée des emplois et encourage une mixité sociale et fonctionnelle, processus réhabilitation de la Médina de Tunis qui intègre les habitants, etc).
  • La territorialisation : les actions et politiques locales doivent être questionnées en partant du territoire. La ville est une synthèse qui suppose de dépasser les logiques sectorielles ;
  • Un espace pluri-national qui multiplie les possibilités de coopération entre des acteurs issus de nationalités différentes. Cette capacité à se sentir pluri-national est une véritable condition d’équité intellectuelle.

 

Cette initiative participe à une construction éthique de la ville, en renforçant un réseau d’acteurs exigeants, qui compte déjà une centaine d’acteurs du sud, ancien auditeurs. Quatre questionnements sont mis en débat, qui feront l’objet d’une série d’articles dans l’info-lettre AVITEM.

  • Métropoles nourricières ou prédatrices ? sont-elles capables d’entrainer une dynamique de développement économique et social dans toute la diversité de leur aire d’influence et au-delà à l’échelle du territoire national, voire de l’espace euro-méditerranéen ?
  • Métropoles par le projet : Les grands projets suffiront-ils à construire les métropoles, les petits étant laissés à la compétence communale ou la dynamique métropolitaine exige-t-elle une combinaison plus complexe entre grands projets, projets systèmes et projet alternatifs ?
  • Gouvernance des métropoles : quelles formes la gouvernance métropolitaine peut-elle prendre dans le cadre institutionnel des pays méditerranéens ? Une métropole de projet peut-elle s’initier avec une gouvernance multi-acteurs mais sans nécessairement de gouvernement métropolitain ?
  • Métropoles et grands défis mondiaux : sont-elles des facteurs de correction ou d’aggravation des défis de soutenabilité environnementale et de changement climatique ?

 

Dans sa prochaine édition du printemps 2018, la revue urbanisme consacrera un supplément sur le contenu des travaux du groupe d'experts.

Marie Baduel